PROGRÈS SOL

Le programme "Progrès Sol", mené par la Direction générale de l’agriculture, de la viticulture et des affaires vétérinaires du Canton de Vaud (DGAV), expérimente de nouveaux outils de mesure et d’amélioration de la fertilité des sols. En misant sur la participation d’agriculteurs volontaires, "Progrès Sol" travaille à leur fournir les moyens techniques et théoriques pour évaluer au mieux la qualité de leurs sols.

 

Dans ce cadre, les membres d'horizon a ont été mandatés pour développer des indicateurs de la biodiversité du sol. Grâce à une étroite collaboration avec le Laboratoire de biodiversité du sol de l'Université de Neuchâtel, des locaux et du matériel ont été mis à disposition pour ce mandat.

Cette étude s'est concentrée sur des invertébrés de la macrofaune, tels que les vers de terre, les carabes ou les araignées. Ces organismes largement visibles à l’œil nu ont été jugés les plus pertinents pour servir d'indicateurs utilisables par des non-spécialistes.

Durant ce mandat d'une année nous avons développé une méthode se basant sur une détermination simplifiée de la macrofaune. Cette méthode nécessitant un bagage taxonomique nettement allégé en comparaison d'une détermination à l'espèce, permet en outre un gain de temps substantiel.

 

Ce point constitue un des objectifs principaux de l'étude. En effet, "Progrès Sol" tend à ce que les indicateurs développés puissent être utilisés directement par les agriculteurs. Ces indicateurs doivent donc être simples, rapides et favoriser l'autonomie du diagnostic. Le but est de répondre à la demande du monde agricole de disposer d'outils pour mesurer l'impact de leurs pratiques sur les paramètres du sol.

 

La méthode développée ici devra dans une seconde phase être validée dans un contexte appliqué et adaptée en fonction du type d'usage qui en est fait.

Aporrectodea longa et Octolasion cyaneum ont vite pu être rendus à la terre.

Pour extraire les vers de terre, on utilise une solution de moutarde irritante combinée avec le prélèvement à la bêche d'une motte de terre.

Deux échantillons de la macrofaune de la surface du sol prélevés par piégeage Barber. Le sol duquel provient l'échantillon de droite abrite visiblement une plus grande diversité et abondance d'organismes.